Pauline Gomy

Bienvenue, lecteur. Tu trouveras ici du pro, du perso, des humeurs, des nouvelles, voire autre chose…

Micni – la remise des diplômes, c’est demain !

Et voilà, j’ai le procès-verbal sous les yeux : les étudiants de Micni 2012 vont tous obtenir leur titre, et demain ils recevront leur diplôme. Je suis bien contente pour eux, car la réussite est à la mesure de l’effort consacré : ce fameux diplôme de niveau bac + 5 qui fait bien dans les dîners en ville et surtout de nouvelles perspectives d’avenir. Six étudiants doivent à présent trouver un emploi (dont deux chefs de projet digital et deux concepteurs UX, c’est le moment de me contacter si vous avez besoin ou d’aller voir sur le Forum Emploi), bonne chance à eux.

Mercredi 26 octobre 2012 fut donc l’occasion d’écouter les mémoires des étudiants, sur des sujets aussi divers que l’innovation au service de l’experience design, les perspectives d’avenir de la télévision connectée ou encore la gestion optimale de prestataires externes… Ce fut aussi prétexte à un grand débat avec la direction de Gobelins autour de la définition du mémoire, de sa position dans le stage, de la participation des maîtres de stage à l’élaboration du sujet de mémoire, en bref de l’adéquation entre les exigences académiques et la réalité du marché du travail.

Mémoire ou rapport ? Mini-thèse ou description d’un projet pratique en lien avec le stage ? Mission définie lors de la convention de stage ou au libre choix de l’étudiant ? Il semble que les pratiques diffèrent autant que les établissements ou les universités ! Ceci, quelque soit le niveau d’étude. Ainsi les étudiants UTC que j’ai encadrés comme maître de stage n’avaient pas de mémoire mais un rapport construit. Ils ont par ailleurs dans leur formation d’autres occasions de creuser des contenus, notamment pendant leurs projets étudiants. Mon mémoire d’ingénieur était un mini projet de recherche appliquée (nécessitant la mise en place d’une expérimentation). Le mémoire de mes amies en DEA étaient des mini-thèses de recherche fondamentale.

A vrai dire, puisqu’on prépare des étudiants à manager des projets en mode « intrapreneur » avec une logique de veille, il me paraît logique de leur demander une étude, appliquée et étayée par leurs missions en entreprise. C’est peut-être ce qui manquait dans mon cahier des charges de cette année. En fait, si l’on se fie à la certification du titre Micni, le mémoire doit être un document : « visant l’analyse d’une problématique relative aux missions menées lors du stage en entreprise et soutenance orale devant un jury de professionnels et de membres du corps enseignant »

En fin de compte, d’autres titres du RNCP sont validés par un jury composé d’enseignants et de membres de la direction, ce qui évite les problèmes récurrents sur les confidentialité des mémoires professionnels.

J’en profite pour noter pour les étudiants qui me liraient qu’il y a un chouette et très synthétique ouvrage des Editions d’organisation « rédiger un mémoire avec succès » que j’ai trouvé en bibliothèque municipale, en fait il y en a même quarante-douze, http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/methodologie-de-la-these-et-du-memoire-9782759015962, ou encore http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/reussir-memoires-et-theses-9782297024402, ou encore celui-ci http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/bien-rediger-son-memoire-ou-son-rapport-de-stage-9782817601625

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 octobre 2012 par dans Blog, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :